Make your own free website on Tripod.com

UN ANIMAL


1968

 

Un animal mais tout de même

Je sais les hommes et je sais même

Qu'au feu du lit lampes éteintes

Ils ressemblent tous à des chiens

Que ce soit toi ou bien ton frère

C'est le même ennui dans les mêmes bras

Tu me prendras toi ou ton frère

Mais pour l'amour tu repasseras

 

Vraiment pourquoi parler d'amour

Pour Aldonza l'amour c'est Ça

Et quand les chiens parlent d'amour

Ils ne crient pas mais ils aboient

Un animal qui brûle qui mord

Une Aldonza pour les crapules

Un animal qui mord qui brûle

Mais qui choisit ses autres corps

 

Comme l'oiseau je suis en cage

Suis-je de trop ou trop sauvage

Pourtant parfois j'espère un peu

J'espère un peu je ne sais quoi

Je te préviens je brûle, je mords

Même les chiens même les crapules

Je te préviens je mords je brûle

Et je choisis mes autres corps

 

Je te préviens je suis Aldonza

Je te préviens, tant pis pour toi.