Make your own free website on Tripod.com

LES BERGERS


1964

 

Parfois ils nous arrivent avec leurs grands chapeaux

Et leurs manteaux de laine que suivent leurs troupeaux

Les bergers

Ils montent du printemps quand s'allongent les jours

Ou brûlés par l'été descendent vers les bourgs

Les bergers

Quand leurs bêtes s'arrêtent pour nous boire de l'eau

Se mettent à danser à l'ombre d'un pipeau

Les bergers

 

Entr'eux l'en est de vieux, entr'eux l'en est de sages

Qui appellent au puits tous les vieux du village

Les bergers

Ceux-là ont des histoires à nous faire telles peurs

Que pour trois nuits au moins nous rêvons des frayeurs

Des bergers

Ils ont les mêmes rides et les mêmes compagnes

Et les mêmes senteurs que leurs vieilles montagnes

Les bergers

 

Entr'eux l'en est de jeunes, entr'eux l'en est de beaux

Qui appellent les filles à faire le gros dos

Les bergers

Ceux-là ont des sourires qu'on dirait une fleur

Et des éclats de rire à faire jaillir de l'eau

Les bergers

Ceux-là ont des regards à vous brûler la peau

A vous défiancer, à vous clouer le coeur

Les bergers

 

Mais tous ils nous bousculent qu'on soit filles ou garçons

Les garçons dans leurs rêves, les filles dans leurs frissons

Les bergers

Alors nous partageons le vin et le fromage

Et nous croyons une heure faire partie du vovage

Des bergers

C'est un peu comme Noël, Noël et ses trésors

Qui s'arrêterait chez nous aux Equinoxes d'or

Les bergers

 

Après ça ils s'en vont, avec leurs grands chapeaux

Et leurs manteaux de laine que suivent leurs troupeaux

Les bergers

Ils montent du printemps quand s'allongent les jours

Ou brûlés par l'été descendent vers les bourgs

Les bergers

Quand leurs bêtes ont fini de nous boire notr' eau

Se remettent en route à l'ombre d'un pipeau

Les bergers, les bergers, les bergers.