Make your own free website on Tripod.com

L'ECLUSIER


1968

 

Les mariniers me voient vieillir

Je vois vieillir les mariniers

On joue au jeu des imbéciles

Où l'immobile est le plus vieux

Dans mon métier, même en été

Faut voyager les yeux fermés

Ce n'est pas rien d'être éclusier

 

Les mariniers savent ma trogne

Ils me plaisantent et ils ont tort

Moitié sorcier, moitié ivrogne

Je jette un sort à tout ce qui chante

Dans mon métier c'est en automne

Qu'on cueille les pommes et les noyés

Ce n'est pas rien d'être éclusier

 

Dans son panier un enfant louche

Pour voir la mouche qu'est sur son nez

Maman ronronne, le temps soupire

Le chou transpire, le feu ronchonne

Dans mon métier c'est en hiver

Qu'on pense au père qui s'est noyé

Ce n'est pas rien d'être éclusier

 

Vers le printemps les marinières

Me font des manières de leur chaland

J'aimerais leurs jeux sans cette guerre

Qui m'a un peu trop abîmé

Dans mon métier c'est au printemps

Qu'on prend le temps de se noyer.